Accueil> … > Panorama de la céramique en France Manufactures du Nord

Le Nord

Décor au panier, détail de l'assiette  CG 2000.3.9

Lille

C'est à Lille que se développent deux manufactures qui produiront jusqu'aux alentours de 1840.

En 1696, Jacques Febvrier et Jean Bossuydt fondent la première manufacture de faïence de la ville. Tous deux sont des faïenciers originaires des Pays - Bas et leurs premiers peintres sont aussi issus du même pays. Leur établissement sera le plus important de la cité jusqu'à sa fermeture vers 1810.

Assiette décor au panier , Faïence de Lille- CG 2000.3.9Le goût hollandais pour l'Extrême - Orient domine la production : ce sont les personnages asiatiques, les vases fleuris, le mobilier chinois. Ils sont réalisés en camaïeu (Le camaïeu est le mélange d'une couleur pure additionné de valeurs de ton ( blanc, gris, noir) qui permet de créer un dégradé de ton.) bleu.

Ensuite, le décor de broderies dit "au lambrequin" s'impose suivant l'exemple de Rouen, voire même en le plagiant, pendant la première moitié du XVIIIe siècle. Le décor polychrome "à la corbeille fleurie" apparaît à Rouen vers 1720 - 1730. Actuellement, il est extrêmement difficile, voire impossible, de différencier la production de ces deux centres avec ce motif.

La seconde moitié du XVIIIe siècle est celle du décor "rocaille". Il se compose de cartouches, de cartels à quadrillage, de rinceaux en accolades, de volutes, de fleurs et de feuillages. En 1711, une seconde faïencerie est créée, elle est dirigée par la famille Dorez. Elle ferme vers 1820.

Saint Omer

Durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, la manufacture dirigée par Jacques Adrien Levesque, peintre sculpteur rouennais, s’est installée jusqu’en 1788 à Saint-Omer pour échapper à la toute puissant e chambre de commerce de Lille qui s’opposait à l’implantation d’une faïencerie trop proche de ladite ville.

La production de la faïencerie de Saint-Omer se distingue par la forme des pièces très marquées, par son style rocaille, et des fonds colorés agrémentés de rehauts blancs.

Saint Amand

En  1718, une manufacture de faïence,est fondée,  la seule à utiliser la technique du petit feu (La pièce est cuite une premiŠre fois pour obtenir un biscuit, puis elle est emaillée et recuite une deuxième fois , le peintre décore la pièce.et subit une ...) inspirée des faïenceries de Strasbourg.

Assiette , faïence de Saint Amand - CG 999.2.79Son fondateur, Pierre Joseph FAUQUEZ, originaire de Tournai (Belgique) cherchait à contourner la fermeture des frontières entre son pays et la France, en y installant une antenne de sa manufacture de Tournai.

L’évolution française cause l’émigration de son directeur et la fin des innovations. Elle ferme en 1805.

Les décors sont essentiellement puisés dans la porcelaine (Pâte qui, à l'état naturel est d'un blanc très pur après la cuisson et présente un aspect vitrifié. Sa température de cuisson peut varier entre 1250 et 1460°C) , notamment dans celles des porcelaines chinoises de la Compagnie des Indes.

Les fleurs châtironnées inspirées par les manufactures de l’est de la Francen, combinées à l’influence des fleurs de porcelaine (Pâte qui, à l'état naturel est d'un blanc très pur après la cuisson et présente un aspect vitrifié. Sa température de cuisson peut varier entre 1250 et 1460°C) de Tournai marquent la production  jusqu’à la fermeture.