AccueilUn peu d'histoire et de techniqueArts de la table

Histoire des arts de la table English Version

Festin offert par Louis XIII à aux chevaliers du Saint- Esprit

 

L’Art de la table, c’est l’art de disposer les divers objets qui constituent la table. Cependant, on assimile aussi à cette notion le décor, les meubles, les us et coutumes, la gastronomie qui caractérisent chaque époque. Croiriez-vous que manger avec ses doigts était le comble de la politesse comme d’ailleurs le fait de cracher sur les murs plutôt que sur la table ? La façon dont nous mangeons actuellement n’est pas celle de nos ancêtres. C’est le résultat d’une lente évolution.

Le Moyen- âge

La table ronde du roi Artus de BretagneAvant de se mettre à table, on se lave les mains. C'est un geste symbolique de respect des dons de Dieu, c'est- à- dire des aliments, mais aussi une mesure de propreté.
En effet, on saisit la nourriture solide avec trois doigts et on s'essuie les doigts sur la nappe.
A cette époque, les couverts individuels n'existent pas : on partage son verre, son tranchoir (Au moyen âge , planche de bois sur laquelle l'écuyer tranchant découpait la pièce de viande. Ancêtre de l'assiette.) et on se sert avec les doigts directement dans le plat. Cela implique de faire attention à l'autre dans l'optique chrétienne de la tempérance: il faut manger peu, ne pas se jeter sur la nourriture et ne pas choisir égoïstement les meilleurs morceaux.
La boisson est aussi l'objet de recommandations: il faut s'essuyer la bouche avant de boire, il ne faut pas boire bruyamment mais doucement, à petites gorgées.

La Renaissance

« Festin d’apparat avec service du paon sur la tableLa table se théâtralise et se laïcise avec le développement de l'étiquette.
C'est l'ordre de préséance et les usages de la Cour royale qui s'imposent. L'usage médiéval du lavage des mains avant et après le repas perdure. Les influences de l'Italie à travers Catherine de Médicis et de la Bourgogne à travers Charles Quint marquent cette époque.
La table de la Renaissance est placée sous le signe du développement de la civilité. La naissance de l'imprimerie permet d'éditer des livres de cuisine, et surtout des traités de "bonnes manières".
L'humaniste Érasme, dans son « De Civitas morum puerilium », traduit en France en 1537, décrit les bonnes manières qui resteront en usage jusqu'au XIXe siècle. Néanmoins, il faudra attendre 1730 pour que soit respectée l'interdiction d'utiliser ses doigts pour toucher aux aliments.

Pour plus d'infos , cliquez ICI 
 

Les XVIIe et XVIIIe siècles

le diner du roiAu Grand Siècle, la France se veut un modèle de raffinement. La vie à la Cour de Versailles transforme les repas avec de nouveaux usages mondains. Les cérémonies culinaires s'ordonnent selon un véritable rituel.
 Le "service à la française " hérité du moyen âge, devient la norme européenne. On peut le définir ainsi:
- Les mets sont présentés par service (cinq au maximum). Le convive ne peut se servir que dans les plats qui lui font face.
- Un plan de table doit être préalablement mis au point dans un souci d'organisation et de mise en scène.
 - Le service de la boisson est fait sur un buffet séparé de la table et assuré par un domestique. - Une nombreuse domesticité est donc indispensable.

Cliquez ICI pour découvrir la table au XVIIIe siècle par le biais du tableau Jean-François de Troy, Le déjeuner d'huîtres (1735). Musée Condé, Domaine de Chantilly" expliqué par Nicole Garnier Conservateur du patrimoine chargé du Musée Condé.

Le XIXe siècle

 Table de douze couverts  in CHATILLON- PLESSIS, La vie à tableLe "service à la russe " succède au "service à la française " après la Révolution française et les guerres napoléoniennes.
 Il se caractérise par une présentation successive des plats au fur et à mesure de leur consommation, servis aux convives directement dans l'assiette.
- Les verres sont placés devant chaque personne et la domesticité est moins nombreuse.

 

 

Le XXe siècle

« Un cordon bleu »in BRIFFAULT (Eugène), Paris à table, 1846,

Le récent statut de la femme qui travaille réduit son temps passé à la cuisine et transforme l'économie domestique. Fonctionnalité et rapidité sont les nouveaux critères de choix pour les ustensiles et les habitudes alimentaires.