Accueil> … > Panorama de la céramique en France Manufactures de l'Est

Les manufactures de l'est de la France 

Luneville

Cette fabrique est créée en 1724 par Jacques Chambrette qui obtient en 1749 le titre de "manufacture royale". Afin de faire entrer sa production en France, il crée une filiale à Saint-Clément contournant ainsi les taxes, Lunéville étant dans le duché indépendant de Lorraine.  Assiette au chinois Pendant la première moitié du XVIIIe siècle, la fabrique produit des décors de lambrequins en camaïeu (Le camaïeu est le mélange d'une couleur pure additionné de valeurs de ton ( blanc, gris, noir) qui permet de créer un dégradé de ton.) bleu d'inspiration rouennaise. Vers 1750-1755, le petit feu (La pièce est cuite une premiŠre fois pour obtenir un biscuit, puis elle est emaillée et recuite une deuxième fois , le peintre décore la pièce.et subit une ...) apparaît dans la production avec des décors floraux inspirés de Strasbourg et Niderviller. Ce sont les chinoiseries qui vont faire le succès de la fabrique. Elle produit aussi des statuettes créées par le sculpteur flamand Paul-Louis Cyfflé.

Après 1786, la manufacture fait faillite. Elle ne produira plus que de la faïence fine (Apparue en Angleterre à partir de 1720, tendre ou dure, est une terre cuite blanche: comporte des argiles cuisant blanc ( marne et chaux) , sa glaçure comporte ...) , après son rachat.

 

Niderviller

Cette fabrique est créée vers 1754-1755 par le baron Jean-Louis de Beyerlé. Elle bénéficie de l'arrivée de peintres de la manufacture de Strasbourg car Paul Hannong se concentre alors sur la création d'une manufacture de porcelaine (Pâte qui, à l'état naturel est d'un blanc très pur après la cuisson et présente un aspect vitrifié. Sa température de cuisson peut varier entre 1250 et 1460°C) dure en Allemagne, à Frankenthal.

Elle prend le marché de la fabrication de statuettes et de trompe-l'œil après 1756, ce qui asseoit sa réputation jusqu'à la fin du siècle. Le style "en baroque" strasbourgeois, décor de fleurs au naturel, est également répandu. En 1770, la manufacture est vendue à Philippe de Custine qui développe alors la production de porcelaine (Pâte qui, à l'état naturel est d'un blanc très pur après la cuisson et présente un aspect vitrifié. Sa température de cuisson peut varier entre 1250 et 1460°C) dure grâce à la présence d'ouvriers allemands. Elle se caractérise aussi par des décors de "faux fond bois" et de paysages peints en camaïeu (Le camaïeu est le mélange d'une couleur pure additionné de valeurs de ton ( blanc, gris, noir) qui permet de créer un dégradé de ton.) rose. Lors de la faillite de Lunéville, le comte de Custine rachète les moules des sculpteurs de cette fabrique, ce qui explique la difficulté de les différencier.

La manufacture produit jusqu'en 1827, malgré le décès en 1793, de son propriétaire (Custine fut guillotiné pour ses échecs comme Général des armées du Rhin).

Strasbourg

Terrine à la courge - StrasbourgEn 1721, Charles François Hannong, originaire des Pays Bas, fonde une fabrique dans cette ville avec Jean Henri Wachenfeld peintre et modeleur. En 1724, il crée une filiale à Hagueneau dont la production est identique. Paul Hannong reprend la faïencerie en 1732.
La production débute avec des décors de camaïeu (Le camaïeu est le mélange d'une couleur pure additionné de valeurs de ton ( blanc, gris, noir) qui permet de créer un dégradé de ton.) bleus inspiré de Rouen. L’influence
des porcelaines de Chantilly et de Meissen fait évoluer les décors vers la polychromie et les chinoiseries vers 1740. L’arrivée des peintres des familles  LOWENFINCK formés à Meissen développe l’usage du petit feu (La pièce est cuite une premiŠre fois pour obtenir un biscuit, puis elle est emaillée et recuite une deuxième fois , le peintre décore la pièce.et subit une ...) vers 1748 -1749. C’est la première fabrique française à l’utiliser, source de sa réussite.

Vers 1750, la manufacture strasbourgeoise lance la mode des bouquets de fleurs, colorés au pourpre de Cassius (Obtenu par l'emploi de chlorure d'or. Constitue l'un des premiers tons crées pour la porcelaine de Meissen vers 1745 et devient un signe caractéristique de la ...) , soit en qualité dite fine (où les nuances sont rendues par les couleurs) soit en qualité dite contournées (où un cerne manganèse sert de base au dessin). La manufacture produit aussi des séries de groupes sculptés et des trompe-l’œil (fruits légumes animaux). La qualité atteinte par la fabrique lui donne une audience nationale voire internationale.

La manufacture strasbourgeoise fermera en 1781 à la suite de l’endettement trop lourd.